Messiaen - Xenakis,
la géométrie des sons

Le festival Messiaen au pays de la Meije ouvre toute grande son édition 2014 à Xenakis pour célébrer l’opulence d’une musique décrite par Messiaen comme : « Tellurique, si proche des torrents, de la foudre, de la grêle, et qui sursaute comme une mer déchaînée ».

Polytechnicien, résistant de guerre laissé pour mort à Athènes, architecte collaborateur de Le Corbusier, Iannis Xenakis a entretenu et développé sa passion pour la musique au fil d'un parcours hors du commun. Ses compositions, nourries de son génie interdisciplinaire et de ses expériences de vie puissantes, touchent au plus profond :

« Quand le public entend du Xenakis, il est foudroyé et laisse éclater son enthousiasme ».O. Messiaen.

Pour lui rendre hommage, plus de trente brillants musiciens viendront interpréter une rétrospective de ses œuvres. Parmi celles-ci, quelques « incontournables » :

« N’Shima » par les Solistes XXI – direction Rachid Safir, le samedi 26 juillet

« Evryali » par Prodomos Symeonidis, le dimanche 27 juillet

« Psappha » par Remi Durupt, le mercredi 30 juillet

« Pléïades » par les Percussions de Strasbourg, le vendredi 1er août

« Tetora » par le JACK Quartet, le samedi 2 août

« Herma » par Paavali Jumpanen, le dimanche 3 août

Les meilleurs spécialistes de son œuvre présenteront les mystères de son travail de composition autour d'une table ronde, « Xenakis, la géométrie des sons », le vendredi 1er août.

Maître de Xenakis dans les années 50, Olivier Messiaen s'enthousiasmait pour le talent inhabituel de ce jeune « héros ». Tous deux fortement marqués par la guerre, le festival a choisi de réunir et de mettre en lumière les quatre chefs d'œuvres de Messiaen composés durant les années sombres (1941-1944) :

« Trois Petites Liturgies de la Présence Divine », le samedi 26 juillet

« Vingt Regards sur l’Enfant Jésus », le mardi 29 juillet

« Visions de l’Amen », le samedi 2 août

« Quatuor pour la fin du Temps », le dimanche 3 août

Le Quatuor pour la fin du Temps, œuvre mythique créée dans un camp de prisonniers, réunira ici des musiciens allemands et français d'exception, en commémoration de la déclaration de la guerre de 1914.

Pour approfondir d'avantage ce sujet passionnant, un colloque animé par les plus grands experts, « Olivier Messiaen, un jeune compositeur dans la tourmente : 1940-1944 », sera ouvert à tous le mardi 29 juillet.

Enfin, le festival participera à la commémoration des 10 ans de la disparition de Jean-Louis Florentz avec l’interprétation de son « Magnificat- Antiphone pour la visitation » opus 3 et proposera plusieurs créations dont celles d’œuvres de Michaël Lévinas, Luis de Pablo et Benjamin Attahir.

Une édition dense et puissante, pour vivre une expérience émotionnelle extraordinaire !